Le CESER présente sa contribution au CPER 2021-2027

Le CESER a souhaité apporter une 1ère contribution dans le cadre de l'élaboration du prochain CPER. La signature du CPER doit être effective à l’automne 2020 pour une mise en œuvre au 1er janvier 2021 pour six ans, correspondant à la programmation des fonds européens. Le CESER sera sollicité pour avis, avant l’adoption du CPER en 2020.

Le CPER a vocation à mettre en place les cofinancements pour réaliser des investissements immobiliers et des équipements structurants pour la région. Le futur CPER doit aussi permettre de mettre en œuvre les orientations retenues dans le SRADDET, adopté en décembre 2019.

Par sa contribution, le CESER a la volonté de participer à une démarche de co-construction du CPER, avec l’État et le Conseil régional.

Par ailleurs, le CESER regrette que le volet mobilité ne soit pas intégré aux négociations. En effet, il considère que les mobilités sont une priorité à inscrire dans le présent Contrat de Plan, compte tenu des caractéristiques spécifiques de la région Centre-Val de Loire, au regard des enjeux forts liés à cette problématique pour la cohésion des territoires.

Cette contribution s'articule autour des trois grands axes définis par le Préfet de région et le Président du Conseil régional qui visent à :

  • Renforcer l’attractivité de la région Centre-Val de Loire,
  • Accélérer la transition énergétique et écologique,
  • Développer les cohésions territoriales et sociales et améliorer la qualité de vie.

Le CESER souligne la nécessité de soutenir les projets visant à renforcer les ressources et les atouts de la région pour dynamiser l’ensemble des bassins de vie. Les fonds doivent être orientés vers l’intérêt collectif, partagé par l’ensemble des acteurs au-delà d’une logique de guichet.

Enfin, compte-tenu des particularismes des territoires de la région, le CESER demande que le Centre-Val de Loire ait une dotation par habitant supérieure à celle du précédent CPER.