Carte des formations professionnelles 2021 et carte-cible en faveur de l'apprentissage

Carte des formations professionnelles scolaires 2021

Le rapport soumis au CESER par le Président du Conseil Régional propose les ouvertures et fermetures de formations initiales scolaires, par ordre de priorité, dans les lycées publics et privés, avec les objectifs d’adaptation aux évolutions économiques, aux besoins en compétences, notamment les enjeux des transitions écologique et énergétique. Cette carte est le résultat d’un dialogue avec le Rectorat, la DRAAF pour l’enseignement agricole, s’appuyant sur une concertation avec les branches professionnelles et les partenaires sociaux, et sur le cadrage du CPRDFOP.

La création de CAP paraît insuffisante, alors que les besoins pour certains jeunes en difficultés (par exemple issus de SEGPA) ou en décrochage scolaire se développent. Les deux demandes de CAP Equipier Polyvalent de Commerce ont été refusées par le Rectorat qui souhaite plus de bac pro dans ce domaine de formation.

Le choix d’une formation courte est tout autant prisée par certains jeunes qu’une éventuelle poursuite d’études après le bac pro. La Région devrait davantage explorer de nouveaux domaines de formation en CAP dans les secteurs de la maintenance et de la réparation, pour faire face à l’obsolescence des matériels.

L’ouverture d’un plus grand nombre de places en BTS est très favorable à l’objectif d’élévation des niveaux de compétences et de qualifications. Cependant, la question de l’accès au BTS pour les jeunes de milieux défavorisés, en particulier ceux qui ont commencé par un CAP, est posée. L’incitation à la poursuite d’études est à construire dans la politique régionale de l’orientation.

Déclinaison de la politique régionale en faveur de l’apprentissage : carte-cible, cadre d’intervention et partenariat avec les Opérateurs de Compétences et les branches professionnelles

Avec la Réforme du 5 septembre 2018, la Région perd sa compétence en matière d’apprentissage. Néanmoins, le Conseil régional entend décliner une nouvelle politique sur l’apprentissage en proposant la construction d’une carte cible, en concertation avec les acteurs.

Le CESER souhaite s’impliquer fortement dans le suivi de la réforme quant à ses conséquences et impacts (une saisine du président de Conseil Régional est d’ailleurs en cours sur cette question).

La carte cible proposée constitue un outil d’aide à la décision, bien que non prescriptif, pour orienter les financements de la Région et limiter la concurrence entre les offres de formation. Pour la construire, la Région s’appuie sur les priorités de développement des entreprises et d’aménagement du territoire, les besoins en compétences, les demandes sociales des habitants à partir de l’évolution des effectifs de lycées professionnels et des CFA.

L’état des lieux dressé en octobre 2020 souligne un nombre de CFA en forte augmentation, soit 46 nouveaux CFA sur 81 (mais seulement 2 128 apprentis, ce qui fait un effectif moyen relativement faible par CFA), 1 203 formations proposées contre 968 en 2019. Cette évolution traduit l’impact significatif de la réforme, mais avec une tendance plus forte au niveau des formations de l’enseignement supérieur,  avec un risque de défavoriser les niveaux 3 et 4.

Le CESER regrette le manque de visibilité quant au nombre de CFA d’entreprise parmi ces nouveaux CFA, le nombre d’établissements qui faisaient déjà de la formation continue et ceux qui ont des effectifs faibles d’apprentis. Outre les OPCO, il semble important de s’appuyer sur les branches professionnelles, notamment dans le BTP, pour explorer et recenser toutes ces offres de formations.

Le suivi de cohorte des apprentis, qui était mené précédemment avec le Rectorat, devra être renouvelé, notamment la durée et le type de contrat, le diplôme obtenu ou la certification professionnelle, et l’insertion professionnelle.

L’accompagnement diversifié des jeunes apprentis est particulièrement important, et devrait être privilégié dans les dossiers d’appel à projet. Les dispositifs d’aide à l’information et à l’orientation sont aussi essentiels pour développer le cursus de l’apprenti.

Le CESER sera attentif au déploiement de cette nouvelle politique régionale de l’apprentissage, à son efficacité auprès de nos jeunes pour une élévation des niveaux de qualification, la consolidation de nouvelles formations et nouveaux parcours, et les modalités de concertation avec tous les acteurs concernés.