S'adapter au changement climatique et à la transition agro-écologique : les mesures nécessaires pour l'agriculture

Suite à la catastrophe économique provoquée par le phénomène de sécheresse de l’été 2019 marqué par le manque d’eau et de possibilité d’irrigation des cultures régionales, le Conseil régional met en place des mesures d’aides au secteur via des financements ciblées. Ces mesures viennent en prolongement de mesures similaires qui ont faite suite à la sécheresse de 2018 et en modifie certaines.

L’assemblée apprécie les financements de recherches en innovation agricole dédiées dans des sites spécialisés, la mise en place de diagnostics fourragers, la gestion prairiale et l’aide à l’achat de resemis. De même, les financements d’investissements directement en faveur des exploitations sont salués avec les tours anti-gel et l’accroissement des capacités de stockage. Néanmoins, étant donnés les objectifs, le CESER s’étonne de la faiblesse de l’enveloppe de 2 millions d’euros allouée.

L’urgence à l’aide et au maintien de notre agriculture est importante. Cependant, le CESER dénonce le caractère trop conjoncturel des solutions proposées. En annonçant répondre au « changement climatique » et à la « transition agroécologique », l’exécutif régional propose essentiellement des mesures de corrections de difficultés conjoncturelles du secteur. La réponse technique est intéressante mais se doit d’être complétée d’une véritable politique forte et ambitieuse d’adaptation du modèle agricole régional.

Dans le cadre de ses travaux, le CESER mènera un travail répondant à une partie majeure de la problématique, la gestion de l’eau, dont l’ambition est de répondre aux enjeux des usages de l’eau par toutes les familles d’acteurs que sont l’agriculture, le monde économique et les habitants.