Scolarisation des lycéens en situation de handicap en région Centre-Val de Loire – Ambitions et réalités

La Section Égalité, Mixité et Lutte contre les Discriminations du CESER Centre-Val de Loire a fait le choix de s’emparer du sujet de la scolarisation des lycéens en situation de handicap en région Centre-Val de Loire, le handicap étant un des critères de discriminations, thématique qu’elle avait traitée dans son dernier rapport.

De nombreuses auditions d’institutions, d’associations mais aussi de familles concernées ont permis de dresser un état des lieux de la situation sur le territoire régional qui s’avère être en demi-teinte.

La loi du 11 février 2005 a engendré une hausse importante des effectifs d’élèves en situation de handicap scolarisés dans le 2nd degré. Dans l’académie Orléans-Tours, dix ans après l’application de cette loi, le nombre d’élèves en situation de handicap dans le 2nd degré a augmenté de 179 % passant de 1 510 (dont 376 lycéens) en 2005 à 4 211 (dont 872 lycéens) en 2015.

Malgré des données chiffrées encourageantes, les progrès constatés ne doivent pas masquer un certain nombre de zones d’ombres. Des difficultés persistent dans l’organisation générale et la mise en œuvre des principes affichés tels que des ruptures de scolarisation, une déperdition importante de la scolarisation des élèves entre le collège et le lycée…

Ces difficultés peuvent être expliquées par le manque de moyens humains (aides de vie scolaire et d’infirmières scolaires) et encore par le manque de formations dispensées au personnel enseignant et d’encadrement.

Les préconisations portent sur l’accessibilité des lycées, l’information et la formation de tous les acteurs pour mieux prendre en compte les différents handicaps et mieux accompagner les élèves. La réflexion sur le lycée du futur doit être l’occasion de mieux intégrer la réalité du handicap cognitif en associant notamment des ergothérapeutes et des jeunes touchés par ces handicaps. Enfin, le CESER propose la mise en place d’un suivi de différentes cohortes d’élèves handicapés pour apprécier les évolutions et la continuité dans les parcours.